Contexte du projet

De son acronyme anglais SWEDD (Sahel Women Empowerment and Demographic Dividend Projetc), le Projet Sous-Régional pour l’Autonomisation des Femmes et le Dividende Démographique couvre six pays à savoir le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

 

La sous-région du Sahel est caractérisée par une incidence élevée de pauvreté, une insécurité alimentaire ainsi que par de multiples contraintes qui ont un impact négatif sur son développement. Elle est confrontée à divers facteurs de fragilité et d’instabilité, allant des conflits et sécheresses aux inondations récurrentes en passant par la vulnérabilité aux crises mondiales notamment la crise financière et celle des prix des denrées de première nécessité.

 

La moitié de la population de cette sous-région vit avec moins de 1,25 dollar américain par jour. Plus de 11 millions de personnes apparaissent exposées au risque de famine et 5 millions d’enfants de moins de cinq ans à une malnutrition aiguë. La sous-région constitue la plus mal classée au niveau de l’indice de développement humain (IDH).

 

La lente transition démographique constitue un facteur clé au niveau des pays du Sahel qui n’ont pas encore réussit à traduire leur forte croissante économique en plus grande prospérité et un meilleur-être pour leur population.

 

Le Projet SWEDD met beaucoup l’accent sur la communication pour le changement social et de comportement (CCSC), qui est un outil de mobilisation de la communauté visant à influencer les normes sociales, les attitudes et les pratiques, en particulier pour la durabilité des résultats en matière de promotion de l’égalité de genre et d’autonomisation des femmes et des filles. Elle  vise à accroître la demande pour les services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle, à travers une meilleure sensibilisation de la population sur les services disponibles ainsi qu’à travers le renforcement du statut des filles et des femmes.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet, le Tchad a élaboré une stratégie nationale de communication pour le changement social et de comportement  en vue d’améliorer l’impact des programmes nationaux au niveau  central jusqu’au niveau communautaire.